PIEROUX Alexandre

Déporté en Allemagne

AccueilHommage à la patrieChapelles et Potales

 

Etat-Civil

 

    PIEROUX Alexandre Lorent est né le 31 août 1923 à Cerfontaine

    fils de Jean Baptiste et de BARTET Amida Léocadie.

 

    Alexandre épouse le 27 juillet 1946 à Dailly, BRIQUET Berthe Louise Ghislaine

 

    Alexandre meurt le 22 septembre 1997 à Dailly et est inhumé au cimetière de Dailly.

 

La carrière militaire

    Le

 

 

Déporté

 

    Alexandre, originaire de Cerfontaine, était occupé en semaine comme garçon de ferme à Dailly chez LECHAT.

    Prenant le train le dimanche matin pour ce rendre chez ses parents, il fut arrêté au cours d'une rafle en mai 1944 en gare de

    Mariembourg par les rexistes de Chimay qui opéraient principalement pour s'approvisionner en victuailles en confisquant tout

    simplement les bagages des trafiquants du marché noir.

    Conduit à la gendarmerie de Chimay, il y passa la nuit et fut embarqué le lundi matin dans un camion pour la caserne Trésignies de

    Charleroi.

    Après huit jours d'internement, il fut embarqué pour Vienne en Autriche où il y fut caserné avec d'autre compatriotes dans un camp de

    prisonnier. Il fut mis au travail qui consistait à creuser des tranchées pour enfouir une conduite à gaz.

    En mai 1945, libéré par l'armée soviétique, il est dirigé sur Odessa en Ukraine en traversant à pied la Hongrie et la Roumanie. Il dû

    attendre un mois dans un camp pour enfin embarquer sur un navire anglais. Le voyage jusqu'à Marseille se termina au bout de 3

    semaines, soit en juin 1945.

    La fin du parcours se fit en train, le calvaire était terminé !

                                                                                                                                                        Extrait de Dailly... Deux siècles d'histoire

                                                                                                                                                                                              par François HUBIN 1998

                                                                                                                                                                                              Tome 117 En Fagne et Thiérache